PROTOCOLE DE PRÉVENTION DU SYNDROME DE STRESS POST TRAUMATIQUE CHEZ LES CAMIONNEURS

1) Lors d’un l’accident de la route, le camionneur doit se présenter à l’hôpital afin de traiter ses blessures physiques (s’il y a lieu).

2) Le camionneur accidenté sera contacté dans un délai de 24 à 48 heures suivant l’accident selon un protocole d’intervention de courte durée. Le psycho éducateur qui fera une brève évaluation de leur condition et de leurs besoins. Lors de ces contacts, des informations seront transmises au camionneur sur les effets possibles des accidents graves, sur le rôle des symptômes anxieux, sur la normalisation des réactions vécues par la personne, sur les mécanismes d’adaptation les plus efficaces et les ressources disponibles. Ces informations visent à permettre aux individus et à leurs proches d’être moins troublés par leurs réactions, puisqu’ils savent que celles-ci peuvent survenir et, en favorisant leur compréhension, à diminuer leur détresse. Pour les camionneurs vivants en régions éloignés là où les intervenants spécialisés en ESPT ne sont pas à la portée des camionneurs les interventions pourront se faire par vidéo-conférence.

3) Offrir au camionneur un répit de quelques jours afin de faciliter sa guérison physique et psychologique. Pendant cette période, prévoir une deuxième rencontre avec l’intervenant spécialisé. Cette rencontre doit avoir une durée de 1h30 et le camionneur doit être rencontré avec son/sa conjoint(e) et/ou ses proches (s’il y a lieu).

4) Suite à la période de répit, le/la camionneur doit être rencontré par son médecin qui déterminera s’il y a lieu de placer le camionneur en arrêt de travail.

5) Au total, le projet Prévention comporte au maximum six interventions auprès du camionneur, et selon les besoins auprès du camionneur et de ses proches, pour un total de neuf heures d’intervention.

Ce protocole a pour objectif de réduire l’ampleur du traumatisme à la source. Aussi, comme cette blessure rend la personne plus vulnérable, nous lui permettons de la guider adéquatement dans sa guérison afin de réduire les coûts et les récidives à court, moyen et long terme.