Ce soir, je m’adresse à vous chers compagnies de transport, d’assurances, intervenants sociaux non spécialisés et agent de la CNESST qui veulent bien faire en fermant les dossiers des HUMAINS au plus vite comme ça le bilan annuel est bon! Par quels moyens êtes vous capable de juger de la capacité à notre cher camionneur à un retour au travail? Le psychiatre, qui lui fait faire 18 hrs de route pour lui dire en 5 minutes que son SSPT est relié à l’accident, ne vous a pas convaincu? Vous dites à cher camionneur que ce serait de bonne guerre de retourner travailler car le boss n’a pas été achalant!

Avez-vous pris le temps d’aller lire ce qu’implique un SSPT? Avez-vous demandé à la femme du travailleur comment ça se passe à la maison? Avez-vous seulement pensé que d’agir comme vous le faites pourrais vous tenir responsable de la rechute de votre travailleur?

C’est toujours la même histoire qui se répète. Le camionneur, pour qui travailler est toute sa vie, tout le monde lui donne des conseils à 5 cent du genre : M’a te le dire ce qui te ferais du bien moé, retourne travailler! Merci Pierre, Jean et Jacques vous avez tous votre thèse en stress post traumatique je crois! Donc notre cher ami camionneur retourne au travaux léger ensuite le boss lui dit j’aurais un petit voyage à côté peux tu me dépanner. Et les voyages suivant sont de plus en plus long, le boss se dit qui va de mieux en mieux et le gars revient à la maison ne dort plus de la nuit, voit son accident en boucle et commence à agrandir son traumatisme.

Un jour ça fonctionne plus dans la cabane, la blonde a force de lui répéter à quel point il a changé et qui vit avec les enfant dans un milieu malsain décide de quitter notre cher camionneur qui ne veut pas s’aider selon elle. Il est en dissociation total, et devient d’un égoïsme de pire espèce et laisse partir l’amour de sa vie parce qu’il n’a pas besoin de gérer ça, il en a bien assez d’absorber tout ses flashbacks et cauchemars, « elle ne sait pas se que j’endure! » Le gars perd tout, la job, la famille, la maison, la santé mental et physique, pourquoi? Parce que certaines personnes qui ne connaissaient strictement rien au SSPT on décide de son sort une bonne journée.

Ce soir je me rends compte que mon combat est « malheureusement » utile. J’ai un devoir d’éduquer les compagnies de transport, d’assurances, intervenant sociaux non spécialisés, CNESST ainsi que Pierre, Jean et Jacques. Nous devons faire un travail de prévention pour les futurs camionneurs qui vivront un SSPT et guider dans le meilleur des ressources présentes, ceux qui vivent avec cette blessure depuis trop longtemps et qu’à force de se battre auront tout perdu.

Kareen

Please follow and like us:
0